LES CARRIERES D'ARTONNE

Artonne était connu pour ses carrières de pierres calcaires. Il en reste un groupe de sept au lieu-dit les Côtes-de-la-Garde. Elles datent de la deuxième moitié du XIXe siècle. Elles furent exploitées jusqu'en 1914. Elles sont à ciel ouvert. L'emplacement des anciennes carrières dans lesquelles furent tirées les pierres des plus vieux bâtiments n'est pas connu avec précision. Nous pensons que les carriers rebouchaient leur gisement a fur et à mesure de l'avancement de leur exploitation avec les résidus de taille, le tout recouvert par la terre issue du dégagement du gisement en cour d'exploitation.



Carrière aux Côtes-de-la-Garde
Carrière aux Côtes-de-la-Garde

Les principales carrières se trouvent aux Côtes-de-la-Garde, lieu-dit situé sur le plateau au dessus du village de Glénat. Le calcaire se présente sous forme de banc d'environ 80 centimètres d'épaisseur. Chaque banc est séparé d'une couche d'argile fine de couleur jaune. Ce calcaire est très dur, il résiste bien aux intempéries.




L'exploitation de la pierre a mis à jour une grotte naturelle. Cette dernière devait probablement être de plus grande taille et sortir dans la falaise. Les carrières furent abandonnées brutalement car les ouvriers sont partis à la guerre et beaucoup n'en sont pas revenu. C'est à cause de cet arrêt brutal de cette exploitation que les carrières ne furent pas comblées au fur et à mesure de leur activité.

Entrée de la grotte aux Côtes-de-la-Garde
Entrée de la grotte aux Côtes-de-la-Garde




Cabane de carrier
Cabane de carrier

La cabane de carrier aux Côtes-de-la-Garde est une construction très soignée. Elle est construite sur le rocher, son sol est dallé. Et elle est flanquée d'un cadran solaire. Il existe une seconde cabane de carrier aux Côte-de-la-Garde bien moins sophistiquée. A la fin des années 1970, il restait encore cinq cabanes de carrier dont quatre n'aient plus de toitures.




Artonne est aussi connu pour l'exploitation de la migmatite rouge qui est utilisée pour l'empierrement des chemins. Elle fut aussi utilisée ponctuellement et dans un faible rayon, pour la construction de petits bâtiments. Le lieux d'exploitation de cette roche se nome Cacheras dans la vallée de la Morge entre Saint-Myon et Artonne.

Carrière de Cacheras
Carrière de Chacheras



Carrière au Chalendier
Carrière au Chalendier

Le sable fut aussi tiré des carrières au Chalendier. Néanmoins nous pensons que ce lieu fut d'abord exploité pour son calcaire. Le Chalendier se trouve sur le plateau au dessus du village d'Artonne.




Une carrière est toujours en activité. Elle se trouve au lieu-dit "Les Croix". Elle appartient à la commune qui l'exploite pour ses seuls besoins.

Carrière aux Croix
Carrière de aux Croix